Équivalence du diplôme

Notre établissement délivre un diplôme européen vous permettant d’exercer votre profession dans tous les Etats de l’Union Européenne, une fois la procédure d’équivalence effectuée.

De plus, l’école est reconnue par la Fédération Mondiale d’Ergothérapie (WFOT), ce qui vous permet, si vous le souhaitez, de postuler à tout emploi dans n’importe quel pays.

La formation est de niveau supérieur, de plein exercice et dure trois ans.

Les ergothérapeutes diplômés en Belgique peuvent, dans le respect des directives européennes, exercer leur profession dans tous les Etats membres de l’Union Européenne. Plus particulièrement en France, vu la similarité de langue durant le cursus d’études.

L’État français a établi les règles relatives à cet exercice dans un texte de loi :

  • Code de la Santé Publique Article L4321-4

(Ordonnance n° 2001-199 du 1 mars 2001 art. 1 Journal Officiel du 3 mars 2001) Peuvent être autorisés à exercer la profession de masseur-kinésithérapeute, sans posséder le diplôme mentionné à l’article L. 4321-3, les ressortissants d’un État membre de la Communauté européenne ou d’un autre État partie à l’accord sur l’Espace économique européen qui ont suivi avec succès un cycle d’études les préparant à l’exercice de la profession et répondant aux exigences fixées par voie réglementaire, et qui sont titulaires :

  1. D’un ou plusieurs diplômes, certificats ou autres titres permettant l’exercice de la profession dans un État membre ou un État partie qui réglemente l’accès ou l’exercice de la profession, délivrés :
    • Soit par l’autorité compétente de cet État et sanctionnant une formation acquise de façon prépondérante dans un État membre ou un État partie, ou dans un pays tiers, dans des établissements d’enseignement qui dispensent une formation conforme aux dispositions législatives, réglementaires ou administratives de cet État membre ou partie.
    • Soit par un pays tiers, à condition que soit fournie une attestation émanant de l’autorité compétente de l’État membre ou de l’État partie qui a reconnu le ou les diplômes, certificats ou autres titres, certifiant que le titulaire de ce ou ces diplômes, certificats ou autres titres a une expérience professionnelle dans cet État de trois ans au moins.
  2. Ou d’un ou plusieurs diplômes, certificats ou autres titres sanctionnant une formation réglementée, spécifiquement orientée sur l’exercice de la profession, dans un État membre ou État partie qui ne réglemente pas l’accès ou l’exercice de cette profession;
  3. Ou d’un ou plusieurs diplômes, certificats ou autres titres obtenus dans un État membre ou un État partie qui ne réglemente ni l’accès ou l’exercice de cette profession ni la formation conduisant à l’exercice de cette profession, à condition de justifier d’un exercice à temps plein de la profession pendant deux ans au moins au cours des dix années précédentes ou pendant une période équivalente à temps partiel dans cet État, à condition que cet exercice soit attesté par l’autorité compétente de cet État.

Lorsque la formation de l’intéressé porte sur des matières substantiellement différentes de celles qui figurent au programme du diplôme mentionné à l’article L. 4321-3, ou lorsqu’une ou plusieurs des activités professionnelles dont l’exercice est subordonné audit diplôme ne sont pas réglementées par l’État d’origine ou de provenance ou sont réglementées de manière substantiellement différente, l’autorité compétente pour délivrer l’autorisation peut exiger, après avoir apprécié la formation suivie et les acquis professionnels, que l’intéressé choisisse soit de se soumettre à une épreuve d’aptitude, soit d’accomplir un stage d’adaptation dont la durée ne peut excéder trois ans et qui fait l’objet d’une évaluation.

 

Jusqu’à présent, l’équivalence est quasi immédiatement accordée : seule une période de stage (de quelques semaines à maximum trois mois) est exigée des diplômés en Belgique.

Pour recevoir les informations importantes de la HELHa

Inscris-toi maintenant
à notre newsletter
ou Suis nos pages Facebook

Suis-nous sur les réseaux sociaux