Quelques aspects fondamentaux de l’exercice de la profession :

  • la nature de la motivation : l’assistant social, s’il vient en aide aux personnes fragilisées par la santé ou certains évènements de la vie, le fait essentiellement au départ des capacités et des ressources des intéressés, sans se substituer à eux. Il apporte une aide concrète, administrative, éducative, psycho-sociale, … dans le respect des choix et décisions de chacun. Par son travail, il participe au mouvement qui permet de reprendre confiance, de se remettre en marche, de retrouver son autonomie ou sa place dans la société.
  • le sens des relations : l’assistant social va à la rencontre des autres, tant les bénéficiaires que les collègues, les autres services sociaux ou parfois, les responsables politiques. Il adopte une attitude d’écoute, structure son intervention, s’exprime clairement.
  • le respect : celui-ci s’impose à différents niveaux, tant dans la relation individuelle face aux convictions, histoires personnelles et modes de vie rencontrés, que dans l’équipe de travail avec son fonctionnement et ses processus de décision, ou dans les limites de la mission de l’institution qui l’emploie. Il respecte aussi le rythme de chaque personne.
  • l’analyse et la réflexion : l’assistant social prend en compte les différentes facettes d’une situation donnée, s’interroge, suggère, évalue, se remet en question. Il établit des liens entre les situations individuelles et le fonctionnement de la société, questionne la pertinence de ses interventions ou celles de son service afin qu’elles restent adéquates et aidantes.
  • l’adaptation : l’assistant social peut travailler tantôt avec des individus et des familles, tantôt avec des collectivités ; il utilise les différentes méthodologies et favorise leur complémentarité. Il est polyvalent et fait face à des tâches de natures différentes : administratives, organisationnelles, éducatives, culturelles, d’animation, de soutien, de gestion, de négociation, d’interpellation, d’intendance … ou de remplacement parfois. Il se montre souple et ouvert face au changement.
  • l’animation de groupes et/ou d’équipes : l’assistant social est régulièrement amené à animer des réunions d’équipes ou de bénéficiaires, des groupes de parole, des groupes de coordination, … Il utilise alors les outils méthodologiques du ‘travail social de groupe’ qu’il adapte à sa population et aux objectifs poursuivis. Il est particulièrement attentif à la dynamique du groupe.
  • l’approche pluridisciplinaire : l’assistant social croise ses interventions avec celles de collègues éducateurs, psychologues, logopèdes, infirmiers, médecins, formateurs, juristes, conseillers, … et se nourrit de la diversité des approches. Les orientations du travail se décident généralement en équipe.
  • la curiosité positive : l’assistant social s’intéresse aux autres cultures, aux autres pratiques, aux différentes approches en travail social, à l’évolution de la société, …
  • l’évaluation et l’esprit critique : l’assistant social évalue ses interventions et sa méthodologie, voit si elles aident réellement l’individu à se reconstruire, si elles restent cohérentes avec le contexte socio-économique.
  • le sens des responsabilités : l’assistant social est amené à prendre des décisions régulièrement dans des contextes très variables : pour évaluer une situation de danger ou de souffrance, pour engager un budget, pour rectifier une information, pour gérer une équipe, …

Pour recevoir les informations importantes de la HELHa

Inscris-toi maintenant
à notre newsletter
ou Suis nos pages Facebook

Suis-nous sur les réseaux sociaux